Vive la nature ! 2

© Skylar Tibbits and Arthur Olson

Le rêve de l’auto-assemblage

La nature se construit elle-même, un processus qui fascine Skylar Tibbits, architecte et informaticien.

« Il n’existe pas de marteau de forgeron pour protéines, pas de tournevis pour ADN. Alors, peut-être y a-t-il une autre façon de construire », déclare Skylar, qui étudie la possibilité d’utiliser des sources d’énergie naturelles – la chaleur, le son, les vagues et même la pesanteur – pour assembler des pièces spécialement usinées, en vue de construire des meubles et des bâtiments, et même de développer des infrastructures.

Pour illustrer sa théorie, Skylar Tibbits et le biologiste moléculaire Art Olson – qui étudie l’auto-assemblage viral – ont imaginé une chaîne d’auto-assemblage. Lorsque l’on fait tourner manuellement une sorte de chambre rotative, les pièces aux formes très  étudiées qu’elle contient culbutent et se réunissent pour former des sièges. Bien entendu, pour le moment, cela permet juste d’illustrer la naissance d’un concept et de bousculer l’idée que nous nous faisons des techniques de construction. Skylar Tibbits explique que « l’auto-assemblage pourrait faciliter les constructions de précision. Il est possible de concevoir des pièces dont chacune, de par sa forme, dicte la mise en place de la pièce suivante, évitant ainsi les erreurs de placement ».

La vision à long terme de Skylar est que l’auto-assemblage permette de bâtir des structures ou infrastructures de plusieurs étages, plus efficacement et plus durablement. Il rêve de structures qu’on pourrait laisser tomber et qui se déploieraient avant de toucher le sol, ou qui s’assembleraient sous l’eau grâce à l’énergie des vagues.

Pour comprendre le principe, visite : www.youtube.com/watch?v=3vjQ-jWPgNs

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • del.icio.us
  • Blogger
  • Yahoo! Bookmarks
  • Technorati
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • MySpace
  • LinkedIn
  • Live
  • Google Reader
  • email
  • Digg

This post is also available in: Anglais, Russe, Espagnol