Marre de consommer ?

Pourquoi ne pas bâtir ta propre civilisation ? Marcin Jakubowski, technologue et agriculteur américano-polonais, a abandonné son domaine d’étude initial – l’énergie de fusion – pour créer le Global Village Construction Set (GVCS). Sa plate-forme technologique a imaginé 50 machines, robustes et peu coûteuses, fabriquées à partir de matériaux locaux recyclés, qui permettront à n’importe qui de construire toutes les infrastructures indispensables à une communauté. Sur les 12 hectares de la Factor E Farm, située dans la campagne du Missouri, l’organisation Open Source Ecology de Marcin conçoit et construit le GVCS tout en développant un prototype de village auto-suffisant. Marcin explique à TUNZA le fonctionnement et le déroulement du projet.


Parlez-nous des 50 machines du GVCS…

Nous sommes en train de construire toutes les pièces d’infrastructure nécessaires pour assurer un bon niveau de vie. D’abord, nous devons penser à l’alimentation. Nous commençons donc par un tracteur. Pour l’eau, il nous faut une foreuse de puits. Pour l’habitat, nous avons conçu une machine à fabriquer des briques en pisée et une bétonnière. L’énergie renouvelable est obtenue à partir d’éoliennes et de concentrateurs solaires. Quant aux transports, nous étudions actuellement une voiture qui fonctionnera à l’énergie renouvelable, sur le principe de la machine à vapeur moderne.

Nous avons déjà terminé la conception de quatre machines : un tracteur, une presse à briques, un pulvériseur de sol et un groupe moteur. Nous avons aussi une quinzaine de prototypes, y compris des dispositifs informatisés pour produire des circuits électriques et couper le métal, une bétonnière, une scierie et un échangeur thermique. Nos créations sont modulables : on peut facilement prendre les roues du tracteur, par exemple, pour les mettre sur un camion ou une pelleteuse, et le moteur à vapeur peut aussi bien alimenter une maison qu’une voiture. Cela permet d’économiser des matériaux et de maximiser la polyvalence.

Le GVCS est libre de droits : nous publions les plans en ligne pour qu’ils soient accessibles à toute personne souhaitant construire ses propres outils.

D’où viennent les matériaux dont vous vous servez ?

Pour le moment, nous utilisons des matériaux standard. Cependant, le GVCS comprend aussi un four à induction et des procédés de laminage à chaud permettant de recycler les déchets d’acier. Le moteur à vapeur fonctionne aux granulés de biomasse. On peut fabriquer du verre à partir de sable et extraire de l’aluminium à partir d’argile.

Quel est votre objectif ?

Tout en développant le GVCS, je suis en train de bâtir une communauté autonome qui s’appuiera sur cette technologie. Nous avons huit personnes dans l’exploitation, dont un directeur des travaux et un responsable agricole. Au final, nous aimerions avoir une trentaine de travailleurs résidents.

Ce qui m’intéresse, c’est de donner l’exemple. Je veux prouver que la productivité industrielle est compatible avec la petite échelle. Je veux montrer jusqu’où peuvent aller 30 personnes déterminées à créer une qualité de vie moderne – y compris des éléments comme les super-conducteurs et des métaux – à partir de matériaux trouvés sur place. Le GVCS lève les obstacles pour n’importe quelle entreprise : les gens peuvent pratiquement tout fabriquer, en adaptant les produits à leurs besoins, qu’il s’agisse de bâtir une communauté comme la nôtre ou simplement de construire un condensateur solaire pour leur école ou un micro-tracteur bon marché pour leur ferme. Nous visons à devenir un modèle de production et d’éducation, qui enseigne les compétences indispensables pour utiliser la technologie de soutien de n’importe quelle entreprise.

Si le concept te parle autant qu’à nous, regarde ce que tu es CAPABLE de faire. Tu trouveras tous les détails sur le site http://opensourceecology.org/wiki/Global_Village_Construction_Set

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • del.icio.us
  • Blogger
  • Yahoo! Bookmarks
  • Technorati
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • MySpace
  • LinkedIn
  • Live
  • Google Reader
  • email
  • Digg

This post is also available in: Anglais, Espagnol