Les sports d’hiver : Prenons soin de nos montagnes

© Tourisme43-flickr

Les sports d’hiver, et notamment le ski de descente, le ski de fond et le snowboard, sont de plus en plus populaires dans le monde entier. Les stations les plus célèbres sont situées dans les Alpes européennes, et dans les Rocheuses en Amérique du Nord, mais on skie également dans les Andes, dans les Alpes japonaises, dans le Cachemire, dans les Alpes du sud de la Nouvelle-Zélande, dans les Snowy Mountains d’Australie, et même dans des pays comme l’Iran, l’Algérie, le Liban, la République de Corée, la Géorgie, l’Afrique du Sud et le Maroc. Partout dans le monde, les sports d’hiver sont un loisir sain et passionnant qui permet de profiter des spectaculaires montagnes de la Terre.

Mais à une époque où les pistes sont de plus en plus fréquentées, il est important de se rappeler que les écosystèmes d’altitude sont particulièrement fragiles. Leurs pentes raides, les conditions climatiques difficiles et un sol peu profond les rendent susceptibles à l’érosion et aux glissements de terrain. Et les environnements de montagne comportent souvent toute une gamme d’écosystèmes différents dans des bandes relativement petites et souvent isolées. Celles-ci abritent un grand nombre d’espèces spécialisées et endémiques qui peuvent être facilement perturbées par les activités humaines ou les changements climatiques. En altitude, ces derniers sont plus extrêmes que sur le reste de la planète à l’exception des pôles. Les études de la végétation alpine des sommets européens montrent que les plantes des climats froids – comme l’espèce alpine européenne Nevadensia purpurea – sont évincées par les plantes des climats plus tempérés. Comme elles ne peuvent migrer que vers le haut, les espèces des climats froids finiront par manquer de place et risquent de disparaître complètement.

Par ailleurs, les routes, remontées mécaniques, immeubles et dispositifs de traitement des déchets perturbent et fragmentent les habitats, et la faune sauvage est stressée par la présence des humains. Les scientifiques étudiant le tétras lyre, clé de voûte des espèces des Alpes européennes, ont découvert que le contact humain augmentait considérablement les hormones de stress des oiseaux. En Australie, le possum pygmée est menacé de disparition à cause de la fragmentation des habitats provoquée par le développement des stations.

Bien sûr, cela ne veut pas dire que nous devrions arrêter de pratiquer des sports d’hiver, mais il est bon de faire des choix qui prennent en compte l’impact environnemental. Voici quelques conseils.

  1. Essaie le ski de fond ou les raquettes, deux activités qui ne nécessitent pas de modifier le paysage pour créer des pistes, des remontées mécaniques ou de la neige artificielle gourmandes en énergie.
  2. Ne prends pas l’avion. En rejoignant ta station en train ou en voiture, tu économiseras des émissions de gaz à effet de serre.
  3. Privilégie les stations qui font des efforts pour protéger l’environnement, comme celles qui sont accessibles par le train, utilisent des véhicules roulant au biodiésel ou plantent de la végétation pour réduire l’érosion.

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • del.icio.us
  • Blogger
  • Yahoo! Bookmarks
  • Technorati
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • MySpace
  • LinkedIn
  • Live
  • Google Reader
  • email
  • Digg

This post is also available in: Anglais, Russe, Espagnol