Les mains dans la terre

Getting Dirty

© Bayer

Chaque année, lors de la conférence des délégués Bayer pour la jeunesse et l’environnement organisée à Leverkusen (Allemagne), les jeunes apprécient tout particulièrement la visite d’un laboratoire et d’une classe mobiles alimentés par un toit photovoltaïque. Installé dans un bus de 7,5 tonnes, le labo est surnommé Lumbricus (Ver de terre). Il témoigne de la passion d’Ottmar Hartwig pour la nature et la sensibilisation à l’environnement, et notamment pour les terres arables. L’équipe de TUNZA a pensé que ce numéro consacré au sol ne serait pas complet sans un entretien avec Ottmar. Nous lui avons demandé de nous parler de ses travaux et de nous dire pourquoi il est urgent d’aborder le problème des terres arables.

Comment se fait-il que je passe ma vie dans un écobus ? Peut-être que c’est lié au jardinage que je faisais avec mon père dans les années 1960 ou aux émissions sur la nature qu’on voyait à l’époque… Jacques Cousteau, Bernhard Grzimek, David Attenborough… Et c’est mon amour de la nature qui m’a incité à étudier la biologie et la géographie à l’université de Cologne.

Mais je pense que rien ne sert d’étudier sans se salir les mains. Comme je dis toujours : « Pour apprendre à nager, il faut se jeter à l’eau. Pour comprendre l’écologie, il faut aller à la rencontre de la nature – au moins une fois ! » Lorsque j’étais prof, je me suis rendu compte que les jeunes étaient en train de perdre le contact direct avec la nature – et pas seulement en ce qui concerne la croissance des plantes ou la métamorphose des insectes, mais même le mauvais temps ! Donc, beaucoup de nos élèves n’ont jamais eu l’occasion de chercher des invertébrés dans le sol d’une forêt escarpée ou de creuser une rive boueuse pour découvrir différentes couches de terre sous les mauvaises herbes.

Ce qui me ramène à la question du sol. L’importance locale et mondiale des sols naturels est un de mes thèmes favoris et, si l’on en croit l’Union internationale des sciences du sol, c’est un sujet trop souvent ignoré en classe. Pourtant, à l’instar de l’eau, le sol est fondamental pour la vie de la planète. Il a un impact sur l’agriculture, le boisement, la production, le stockage et le filtrage de l’eau, et la biodiversité. Dans des circonstances naturelles, il faut dix ans pour produire 1 millimètre de sol, et une minute pour le détruire : la couche arable est en train de disparaître à un rythme effrayant, et je crains qu’à l’échelle mondiale, la perte de la couche arable débouche sur de grands problèmes sociopolitiques.

Mais quand les jeunes visitent le Lumbricus, le sol n’est pas toujours leur sujet préféré. Pour eux, ce n’est que de la terre ! Nous leur montrons que le sol est en réalité un écosystème riche en processus importants et en petits assistants. Les méthodes employées pour intéresser les enfants varient en fonction de leur âge et de leurs centres d’intérêt. Avec les petits, nous observons au microscope les habitants du sol. Avec les plus grands, nous creusons le sol pour obtenir une « saucisse de terre » qui leur permet d’observer les différentes strates. Quant aux adultes, ils peuvent par exemple analyser le pH d’un échantillon de sol pour en déterminer l’acidité. À la fin, chaque équipe présente ses résultats et les documente numériquement pour pouvoir les réutiliser en classe par la suite.

Pour les enfants, ces leçons ne sont qu’un bref aperçu de la science du sol, mais c’est une matière qui vaut la peine d’être enseignée. Dans notre humble écobus – qui porte le nom des vers qui travaillent dans l’ombre pour la santé de la planète –, nous avons touché plus de 70 000 jeunes, et nous avons l’intention de continuer. Notre impact est certain : nous avons remarqué que les documents produits suite aux sorties en Lumbricus restent parfois affichés plusieurs années dans les couloirs des écoles. Mais le plus encourageant, c’est lorsque nos anciens élèves devenus adultes reviennent en tant que jeunes enseignants accompagnés de leurs élèves et qu’ils les sensibilisent à la nature en creusant la terre.

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • del.icio.us
  • Blogger
  • Yahoo! Bookmarks
  • Technorati
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • MySpace
  • LinkedIn
  • Live
  • Google Reader
  • email
  • Digg

This post is also available in: Anglais, Russe, Espagnol