Le carburant des Jeux : Jardins de ville

Fuelling the Games 2Et si nous cultivions nos propres fruits et légumes ?

L’idée de la stratégie alimentaire durable de Londres 2012 est de sensibiliser à long terme les Londoniens aux questions alimentaires. Capital growth, projet mis en place par les autorités locales, propose de subventionner les Londoniens qui réhabilitent les espaces urbains inutilisés – cours d’école, dépôts ferroviaires, rives de canal et, surtout, toits plats d’immeubles résidentiels et commerciaux – pour créer des potagers. L’idée est de fournir des fruits et légumes locaux aux Jeux Olympiques d’abord puis, après les Jeux, aux populations locales. Les Londoniens intéressés s’inscrivent sur un site qui leur assigne un terrain disponible, et la ville fournit les outils, le compost, la formation et les subventions – 1 000 livres (1 600 dollars) pour chaque toit plat transformé en jardin. Dans le cadre de la formation, on peut apprendre à cultiver un potager, à pratiquer l’apiculture et même à cultiver commercialement des fruits et légumes pour les vendre aux restaurants et sur les marchés de la capitale. L’objectif est de créer 2 012 nouveaux jardins d’ici fin 2012, mais si l’idée séduit les Londoniens, les 100 km2 de toits plats de la capitale pourraient leur assurer une certaine autonomie alimentaire et leur permettre de vivre de manière plus durable.

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • del.icio.us
  • Blogger
  • Yahoo! Bookmarks
  • Technorati
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • MySpace
  • LinkedIn
  • Live
  • Google Reader
  • email
  • Digg

This post is also available in: Anglais, Russe, Espagnol