Jeunes leaders

Chaque année, les Délégués Bayer pour la jeunesse et l’environnement ont l’occasion de présenter leurs divers projets, qu’il s’agisse de recherche scientifique sur un concept ou d’invention à caractère 100 % pratique. Les projets les plus novateurs, durables et reproductibles sont récompensés par un Prix, doté d’une somme leur permettant de financer le démarrage du projet, dont Bayer accompagne aussi le développement.

Si l’un de ces projets t’intéresse, si tu penses pouvoir participer à leur développement ou si tu aimerais lancer une initiative similaire dans ta région, n’hésite pas à nous contacter par l’intermédiaire de Facebook (www.facebook.com/tunzamagazine) et nous te mettrons en rapport avec la personne concernée.

Gagnant-gagnant-gagnant-gagnant-gagnant

En utilisant des sacs poubelles et les déchets biologiques de ses concitoyens, Wallace Chwala, de l’université de Nairobi au Kenya, a mis au point une méthode qui permet de fabriquer du compost en 12 jours à peine. Il vend ensuite son compost à des cultivateurs locaux et leur montre comment amender leurs terres. Cela fait déjà trois points gagnants. Le quatrième ? En insérant des conduites remplies d’eau dans ses fosses à compost, il réussit à fournir de l’eau chaude aux habitants. Cinquième point gagnant, il crée des emplois locaux. Aujourd’hui, Wallace est face à un dilemme : développer son projet et devenir le Roi du compost de Nairobi ou parcourir le Kenya pour enseigner sa technique aux communautés agricoles. Go Wallace, go !

Du ciment issu des déchets de bois


Un rêve ? « Pas du tout », affirme Kevin Lee de l’IUT Temasek de Singapour. Car il a réussi à concrétiser cette idée. En fonction de la solidité requise, il a calculé comment réduire la teneur en ciment, sable ou gravier d’un mélange de ciment, pour remplacer ces composants par différents types de déchets de bois. Dans la mesure où la fabrication du ciment est une des plus grandes sources de dioxyde de carbone, l’invention de Kevin pourrait fortement contribuer à l’atténuation des changements climatiques, tout en fournissant une utilisation toute trouvée pour les déchets forestiers et horticoles. SUPER innovation Kevin, qui pourrait bien être le début d’une révolution.

Un béton qui transmet la lumière


Soumyajit Paul, de l’université SRM de Kansheepuram en Inde, a découvert un moyen de transmettre la lumière à travers le béton : des fibres de verre incorporées dans le béton absorbent la lumière extérieure, permettant à celle-ci de pénétrer à l’intérieur d’un bâtiment. Réduisant les besoins en électricité, ce procédé pourrait se révéler révolutionnaire tant pour les logements des villages et des bidonvilles que pour les grands immeubles de bureaux. Il pourrait également être utilisé dans le marquage des routes. Soumyajit n’en est pas encore au stade de la commercialisation, mais il a bien l’intention de poursuivre ses recherches.

Une énergie durable

Claudia Escobar de l’université du Costa Rica est en train de développer des cellules solaires d’un coût EXTRÊMEMENT faible – qui devraient faciliter l’accès à cette technologie renouvelable. Sur la surface d’un film de dioxyde de titane, elle applique une teinture de transfert de charge issue de fruits, fleurs et micro-organismes d’espèces courantes dans les régions tropicales. Le tout est biocompatible et coûte beaucoup moins cher que les cellules solaires en silicone. Les recherches sont déjà bien avancées, et Claudia passera au prochain stade de développement en 2014.

Seul ingrédient indispensable : une maman compréhensive

Comme les tubes de dentifrice vides sont en plastique revêtu d’aluminium à l’intérieur, les recycleries classiques n’en veulent pas. Mais Felipe dos Santos Machado, de l’université Feevale, au Brésil, a trouvé moyen de transformer ces tubes en un matériau pouvant servir à fabriquer des meubles, des équipements d’aire de jeu, et même des bâtiments. Tout a commencé en 2010, par une expérience dans la cuisine familiale avec le four de sa mère. Depuis, Felipe est passé à la vitesse supérieure. Il a mis à profit son bagage technique pour définir ses paramètres de fabrication, effectuer des tests de solidité et d’endurance et obtenir un certificat de qualité. Maintenant, il est prêt à développer son activité – après tout, sa matière première est facilement disponible partout !

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • del.icio.us
  • Blogger
  • Yahoo! Bookmarks
  • Technorati
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • MySpace
  • LinkedIn
  • Live
  • Google Reader
  • email
  • Digg

This post is also available in: Anglais, Espagnol, Arabe