Emploi des jeunes et milieu urbain

S’il était possible d’exploiter l’énergie et la créativité de la jeunesse mondiale, imagine ce qui pourrait être fait ! Malheureusement, les jeunes constituent près de 40 % de tous les chômeurs, 85 % d’entre eux habitent dans les pays en développement, et ceux qui vivent à la campagne sont nombreux à venir tenter leur chance en ville. Arrivés sur place, ils s’aperçoivent que les emplois sont moins nombreux que les chômeurs. Alors, ils acceptent souvent n’importe quel travail et s’installent dans des bidonvilles. C’est notamment le cas dans des pays comme le Bénin, le Burkina Faso, la République centrafricaine, le Tchad et l’Éthiopie. Si personne ne les aide, tous ces jeunes risquent de sombrer définitivement dans la pauvreté, d’être exploités et de n’avoir que peu ou pas d’accès à l’éducation et à la santé – autant d’éléments susceptibles d’alimenter l’agitation sociale. Les décideurs s’intéressent au problème, et ce besoin de créer des emplois pour les jeunes est pris en compte par les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD 1, cible 1b). Le Réseau pour l’emploi des jeunes (YEN) – partenariat entre les Nations Unies, l’Organisation internationale du travail et la Banque mondiale – préconise de donner priorité à l’emploi des jeunes, de les aider à monter une entre-prise, et de soutenir les programmes de microcrédit, la formation professionnelle et en entreprise, et l’acquisition des technologies de la communication et de l’informatique. Avec de la chance et de la persévérance, ces initiatives permettront de transformer les villes en plaques tournantes de l’espoir pour les jeunes.

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • del.icio.us
  • Blogger
  • Yahoo! Bookmarks
  • Technorati
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • MySpace
  • LinkedIn
  • Live
  • Google Reader
  • email
  • Digg

This post is also available in: Anglais, Russe, Espagnol