Eau en bouteille

D’après les Nations Unies, près de 90 % de la population ont désormais accès à l’eau potable. Il s’agit cependant d’un phénomène relativement récent. Même dans le monde développé, cela ne fait qu’une cinquantaine d’années que tous disposent d’eau courante potable pour cuisiner et se laver. Pourtant, de manière plus ou moins simultanée, on a commencé à trouver normal presque partout de consommer des eaux de source conditionnées en petites bouteilles individuelles en plastique.

Une tradition ancienne

Il y a plus de 2 000 ans, du temps de l’Empire romain, les eaux de source naturelles étaient déjà très appréciées pour leur pureté et pour leur teneur en minéraux. Dans des villes comme Baden-Baden en Allemagne, et Bath au Royaume-Uni, deux villes de cure datant de l’époque romaine, il était très à la mode de « prendre les eaux ». Les nombreux mérites qu’on leur attribuait allaient de l’amélioration de la fertilité à la guérison des calculs rénaux. Ces vertus médicales et la réalisation progressive du danger réel constitué par l’eau polluée ont contribué au succès actuel de l’industrie mondiale des eaux en bouteille.

Même si au départ la mise en bouteille de certaines eaux avait pour but de faire partager leurs bienfaits – comme c’était le cas pour Évian en France, San Pellegrino en Italie ou Fachinger, boisson préférée du maître de la littérature allemande Johann Wolfgang von Goethe – l’industrie misait aussi sur l’évocation de la sophistication et du luxe des villes de cure.

Ensuite, dans les années 1970 et 1980, l’eau en bouteille apparut comme meilleure pour la santé que l’eau du robinet, considérée comme moins goûteuse ou moins saine – deux suppositions dont on sait maintenant qu’elles étaient sans fondement scientifique. Au milieu de la décennie 2000−2010, l’eau en bouteille a connu la plus forte croissance de toute l’industrie mondiale des boissons, sa consommation ayant plus que doublé entre 1997 et 2005. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui considèrent l’eau en bouteille comme un accessoire indispensable.

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • del.icio.us
  • Blogger
  • Yahoo! Bookmarks
  • Technorati
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • MySpace
  • LinkedIn
  • Live
  • Google Reader
  • email
  • Digg

This post is also available in: Anglais, Espagnol