Eau en bouteille : Une demande qui s’essouffle

Les choses sont peut-être en train de changer. Selon de récentes données, la progression du marché américain de l’eau en bouteille devrait ralentir au cours de la décennie actuelle. Sur les campus universitaires de tout le continent, les mouvements étudiants incitent les administrations à ne plus proposer d’eau en bouteille dans les distributeurs automatiques et les cantines, et à opter pour des bouteilles recyclables frappées aux couleurs de l’université.

Les villes s’efforcent elles aussi de réduire leur empreinte carbone en limitant les déchets en plastique. En 2009, Bundaboon en Australie a complètement interdit l’eau en bouteille. La même année, la ville de Paris installait dans le jardin de Reuilly une fontaine publique proposant eau plate et eau gazeuse. À Londres, le site de la campagne Find-a-Fountain (Trouver une fontaine) permet de localiser toutes les sources publiques d’eau potable gratuite (www.findafountain.org). Aux USA, la majorité des maires ont voté l’élimination progressive de l’eau en bouteille dans les bureaux des administrations locales.

Au final, cette habitude de consommer de l’eau en bouteille ne dépend que de nous. Nous nous sommes convaincus que nous en avions besoin. Nous devons maintenant apprendre à nous en passer. La solution consiste en partie à investir dans les infrastructures d’adduction d’eau et d’assainissement, mais surtout, il faut que le consommateur apprenne à faire confiance à l’eau qui coule de son robinet.

N’oublie pas, quand tu as le choix, préfère l’eau du robinet. C’est un moyen simple et rentable de réduire ton empreinte carbone et d’encourager la durabilité.

(R) Joe Ravi CC BY SA 3.0

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • del.icio.us
  • Blogger
  • Yahoo! Bookmarks
  • Technorati
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • MySpace
  • LinkedIn
  • Live
  • Google Reader
  • email
  • Digg

This post is also available in: Anglais, Espagnol