Des cultures de compétition

Le pois carré

Il peut sauver de la famine à court terme même s’il est mauvais pour la santé à long terme. Tolérant aussi bien les sécheresses que les inondations, le pois carré (Lathyrus sativus) était déjà cultivé en Méditerranée il y a environ 8 000 ans. Aujourd’hui consommé au Bangladesh, en Éthiopie, en Inde et au Pakistan, il est très riche en protéines. À cause de sa résistance, c’est souvent la seule source de nourriture disponible lorsque d’autres cultures périssent. Mais le pois carré contient une neurotoxine qui risque, en cas de consommation excessive, de provoquer une paralysie permanente chez l’adulte et des lésions cérébrales chez l’enfant. Les chercheurs essaient de produire une variété pauvre en toxine.

Le nopal

Les cactus sont les champions de la survie dans les terres arides. Le nopal (Opuntia ficus-indica) vient du Mexique, où il est cultivé à grande échelle, car ses fruits, les tunas, sont aussi délicieux que ses feuilles, les nopalitos. Les jeunes feuilles peuvent se cuisiner comme un légume vert. La figue, elle, se déguste fraîche ou sert à confectionner des confitures et des boissons. Le nopal permet de faire baisser le cholestérol dans le sang et il est très riche en vitamine A, importante pour la santé des yeux. Les Aztèques considéraient le nopal comme une plante sacrée. Facile à cultiver, il est aujourd’hui de plus en plus populaire dans les régions arides. De plus, il a pour parasite naturel la cochenille, insecte qui sert à fabriquer les teintures et colorants alimentaires rouges.

(c) Bisayan Lady_CC-BY-SA and T. Castelazo_CC-BY-SA 2.5

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • del.icio.us
  • Blogger
  • Yahoo! Bookmarks
  • Technorati
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • MySpace
  • LinkedIn
  • Live
  • Google Reader
  • email
  • Digg

This post is also available in: Anglais, Espagnol