Bien s’alimenter

Le débat sur l’économie verte ne saurait être complet sans aborder la question de l’agriculture, dont les impacts sur nos écosystèmes sont considérables : déboisement, pesticides et engrais, émissions de gaz par le bétail, pour n’en citer que quelques-uns. La bonne nouvelle, c’est que depuis 20 ans, les responsables des divers secteurs agricoles ont créé des écolabels. C’est en partie grâce à ces normes que la chaîne de l’offre de toutes les denrées – de l’agriculteur au consommateur – devient plus durable. Au fil du temps sont apparus de nombreux programmes de certification agricole – comme c’est aussi le cas pour l’efficacité énergétique, la fabrication durable, etc. – qui couvrent tous les secteurs, qu’il s’agisse de commerce équitable, de poissons ou de forêts, et bien d’autres.

Il n’est pas toujours facile de se tenir au courant de ces écolabels et des normes qu’ils impliquent. Pourtant, dans la mesure où les consommateurs jouent un rôle capital dans l’économie verte, cela vaut la peine de s’informer pour savoir ce que l’on achète. Voici quelques-uns des principaux écolabels mondiaux qui te guideront dans tes choix.

Table ronde sur la production durable d’huile de palme (RSPO)

Nutritive, délicieuse et riche en énergie, l’huile de palme, produite principalement en Asie du Sud-Est, se trouve dans de nombreux aliments courants sous l’appellation « huile végétale ». Elle entre aussi dans la composition des cosmétiques et savons, et peut également servir de biocarburant. Le problème, c’est que la culture des palmiers nécessite souvent de déboiser la forêt ombrophile et les tourbières, contribuant ainsi à l’appauvrissement de la biodiversité et aux émissions de CO2. En 2004, le WWF a créé la RSPO pour promouvoir la croissance et l’utilisation des produits à base d’huile de palme dans le respect de normes fiables. La table ronde réunit des membres de sept secteurs de l’industrie de l’huile de palme – producteurs, transformateurs ou négociants, fabricants de biens de consommation, détaillants, banques et investisseurs, associations écologiques, et organisations sociales ou de développement. Ensemble, ils ont pour mission de développer et mettre en application des normes mondiales pour l’huile de palme qui soient plus respectueuses de l’environnement. www.rspo.org

Aquaculture Stewardship Council (ASC)

On a souvent accusé l’aquaculture d’être nocive pour l’environnement. Pourtant, pratiquée de manière responsable, elle peut jouer un rôle majeur et fournir une alternative durable aux produits de la mer sauvages, au moment où la croissance démographique a pour effet d’épuiser les pêches. L’ASC (Conseil pour la gestion des produits aquatiques) a été créé en 2009 par le WWF, l’organisation mondiale de conservation de la nature, et IDH, l’initiative néerlandaise pour le commerce durable. Elle continue à développer ses normes – notamment celles concernant l’élevage de tilapia, saumon, crevettes, bivalves, truites d’eau douce et ormeaux. Son objectif est d’améliorer la disponibilité des produits piscicoles certifiés durables, tout en créant un label qui te permettra de les consommer sans te sentir coupable. www.ascworldwide.org

Forest Stewardship Council (FSC)

La foresterie est garante de la santé des écosystèmes, mais elle nous procure aussi certaines denrées, ainsi que le bois nécessaire pour produire des emballages, matériaux de construction, charbon de bois, papier et bien d’autres choses. En établissant une série de normes, le but du FSC (Conseil pour la gestion des forêts) est de promouvoir une gestion des forêts du globe qui soit éco-responsable, socialement bénéfique et économiquement viable. Quand tu vois ce label, tu peux être sûr que tes produits à base de bois sont issus de forêts coupées légalement et gérées durablement, sans impact négatif sur les forêts anciennes ou sur les populations qui les habitent. www.fsc.org

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • del.icio.us
  • Blogger
  • Yahoo! Bookmarks
  • Technorati
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • MySpace
  • LinkedIn
  • Live
  • Google Reader
  • email
  • Digg

This post is also available in: Anglais, Espagnol