7 merveilles de la forêt : 1 Les vers à soie

Silkworms

© Fastily-GNU-FDL

Selon Confucius, tout a commencé en 2640 avant notre ère, le jour où une impératrice chinoise fit tomber par hasard un cocon de ver à soie dans sa tasse de thé. Elle découvrit alors que le cocon pouvait se dérouler en fine fibre. La Chine conserva longtemps le monopole mondial du commerce de la soie, gardant jalousement le secret de sa méthode de production, qui consistait à nourrir les vers avec des feuilles de mûrier. Toute personne faisant contrebande d’œufs, de vers ou de cocons risquait la peine de mort, et ce n’est que vers l’an 550 que l’Europe apprit enfin à produire la soie. Aujourd’hui, le marché reste dominé par la soie produite à partir de mûriers, mais d’autres espèces de vers sont récoltées dans les forêts. À Madagascar, par exemple, le ver à soie malgache trouve sa nourriture dans les forêts de tapia (Uapaca bojeri) des hautes terres de l’Amoron’I Mania ; il n’en reste cependant que 50 000 hectares, qui sont d’ailleurs menacés par l’exploitation forestière, les feux de bush et la prolifération des pins.

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • del.icio.us
  • Blogger
  • Yahoo! Bookmarks
  • Technorati
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • MySpace
  • LinkedIn
  • Live
  • Google Reader
  • email
  • Digg

This post is also available in: Anglais, Espagnol