7 changements mondiaux – L’essence sans plomb

© M. Vincent & E. Studlet/Biosphoto/Still Pictures

2 : L’essence sans plomb

Au début des années 1920, les chimistes ont ajouté du plomb à l’essence pour améliorer l’efficacité des moteurs. À l’époque, on connaissait déjà la toxicité du plomb, mais le risque sanitaire était considéré comme minime. Quelques décennies plus tard, les dangers du plomb sont devenus apparents. Les moteurs émettent de fines particules de plomb qui contaminent le sol et que nous risquons d’ingérer. Les enfants sont particulièrement vulnérables à l’empoisonnement par le plomb. Celui-ci est à l’origine de problèmes comme la baisse de QI, les lésions d’organes et les pertes d’audition. Dans les années 1970, les USA ont commencé à restreindre la quantité de plomb autorisée dans les carburants, et en 1996, le Clean Air Act a totalement interdit celui-ci. D’autres pays ont rapidement suivi. Dans les années 1970, 88 % des enfants présentaient des taux élevés de plomb dans le sang. En 2006, ce chiffre n’était plus que de 1%. Seuls quelques pays continent à utiliser du carburant plombé, et le PNUE vise une élimination totale de l’essence plombée d’ici 2013.

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • del.icio.us
  • Blogger
  • Yahoo! Bookmarks
  • Technorati
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • MySpace
  • LinkedIn
  • Live
  • Google Reader
  • email
  • Digg

This post is also available in: Anglais, Espagnol