4. Le bousier

Scarabaeus laticollis

© Rafael Brix GNU FDL

7 merveilles du sol

L’humble bousier se nourrit presque exclusivement d’excréments. Son rôle est crucial pour conserver au sol sa fertilité et faire baisser les niveaux d’hémioxyde d’azote, qui est un gaz à effet de serre. Il existe environ 10 000 espèces de bousiers, aux quatre coins du monde – sauf en Antarctique – dont la longueur varie de 2 mm à 17 cm. On en distingue trois types : les « rouleurs », qui font des pelotes d’excréments, parfois 50 fois plus grosses qu’eux, qu’ils roulent dans des terriers ; les « creuseurs » qui creusent sous la bouse ; et les « résidents » qui y vivent et s’y reproduisent. Ce faisant, ils fertilisent et améliorent le sol : les rouleurs et les creuseurs vont chercher la bouse qu’ils enterrent ensuite jusqu’à 60 cm de profondeur, distribuant les nutriments, aérant le sol et facilitant la pénétration de l’eau. Cette activité piège aussi le carbone et réduit l’hémioxyde d’azote – gaz à effet de serre 300 fois plus puissant que le dioxyde de carbone – émis par le fumier. La Nouvelle-Zélande a l’intention d’importer et de libérer dans la nature 11 espèces de bousiers étrangers, pour traiter les déchets liés à l’élevage et réduire les gaz à effet de serre.

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • del.icio.us
  • Blogger
  • Yahoo! Bookmarks
  • Technorati
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • MySpace
  • LinkedIn
  • Live
  • Google Reader
  • email
  • Digg

This post is also available in: Anglais, Russe, Espagnol