Il nage au sommet du monde

Swimming at the top of the world

Photos: Michael Walker/Lewis Pugh

Le 22 mai 2010, Lewis Gordon Pugh a entrepris de nager 1 kilomètre dans les eaux gla­cées du Pumori – un lac glaciaire situé à 5 300 mètres sous le sommet de l’Everest, sur le glacier de Khumbu – pour sensibiliser le monde aux dan­gers des inondations glaciaires dans l’Himalaya. Ces inondations sont pro­voquées par la fonte rapide des glaciers, que les scientifiques attri­buent au réchauffement mondial.

Les inondations glaciaires menacent directement les populations et les environnements situés sous le passage des torrents d’eau qui débordent des lacs glaciaires, emportant sur leur passage les habitations, les routes, les installations électriques, ainsi que les habitants, le bétail et les habitats sauvages. « Dans l’Himalaya, les tem­pératures sont en hausse de 1ºC par rapport aux années 1970, et elles aug­mentent chaque année de 0,06ºC », indique Lewis. « Les scientifiques qui travaillent pour le PNUE ont identifié 44 lacs glaciaires qui se remplissent si vite qu’ils pourraient déborder dans les cinq ans à venir. »

Les conséquences à long terme sont terribles. « Ces glaciers alimentent en eau près de 2 milliards de personnes, soit presque un tiers de la population mondiale », explique Lewis. L’Inde, la Chine, le Pakistan, le Myanmar, le Bangladesh, l’Afghanistan, le Népal, le Laos, la Thaïlande, le Cambodge et le Bhoutan sont tributaires des eaux de fonte des glaciers de l’Himalaya et de l’Hindou Kouch. Sans elles, il existe un vrai risque d’instabilité dans la région. « Indirectement, le monde entier compte sur cette eau», ajoute-t-il. « Nombre des articles que nous achetons sont produits en Inde et en Chine. »

Ce n’est pas la première fois que Lewis – surnommé fort à propos l’Ours polaire humain – nage dans des con­ditions extrêmes : en 2007, il a été le premier à effectuer 1 kilomètre à la nage au pôle Nord, pour sensibiliser l’opinion aux effets du réchauffement mondial sur la glace arctique, et il a aussi nagé dans l’Antarctique. Il raconte l’expérience dans l’autobiographie qu’il vient de publier, Achieving the Impossible. Les températures glaciales tueraient rapidement la plu­part des nageurs, mais Lewis est capable d’éle­ver la température de son corps avant d’entrer dans l’eau, dans ce qu’il décrit comme un processus de visualisation. « Je passe beaucoup de temps à imaginer le périple, du début à la fin, chaque mouvement. Lorsque je suis capable de visualiser le kilomètre dans mon esprit, je sais que je suis prêt. »

Mais Lewis dit que nager dans le lac de Pumori – la première longue traversée à la nage jamais effectuée sous le sommet de l’Everest – a été un des plus durs exploits de sa carrière : « L’altitude oblige à nager délibéré­ment très lentement, sans l’agressivité et la rapidité que je pouvais y mettre aux pôles. Je cherchais ma respiration, et si j’avais nagé plus vite, je me serais noyé. »

On demande souvent à Lewis comment il est passé du statut de juriste maritime formé aux universités du Cap et de Cambridge à celui de militant écologiste à plein temps, ambassadeur du WWF. Il répond que ce sont les longues traversées à la nage qui ont motivé son intérêt pour l’environnement.

« J’ai grandi en Angleterre, mais quand j’avais dix ans, nous avons émigré en Afrique du Sud où j’ai pris ma première vraie leçon de natation. Depuis, j’ai nagé dans tous les océans du monde. Durant sept ans, je suis allé régulièrement dans l’Arctique, et j’ai été témoin du rapide recul des glaces. En 2005 et 2006, un quart de la couverture glaciaire estivale a fondu.

« Ces expériences m’ont permis de réaliser que ce qui se produit à un endroit du monde a un impact partout ailleurs. Il faut arrêter de se demander quel pays doit prendre les premières mesures. Compte tenu de l’urgence de l’état de la Terre, chaque pays doit mettre en place toutes les solutions qui sont à sa portée. Nous n’avons pas le temps d’attendre. »

  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • del.icio.us
  • Blogger
  • Yahoo! Bookmarks
  • Technorati
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • MySpace
  • LinkedIn
  • Live
  • Google Reader
  • email
  • Digg

This post is also available in: Anglais, Espagnol